Juin humide

L'essentiel du voyage en une carte interactive.

Préambule

Avec un printemps 2018 pas extraordinaire, cette année j'ai opté pour début de juin, période d'expérience clémente. J'ai dans la tête un défi : faire un dénivelé cumulé équivalent à l'Everest en deux semaines.

Logistique

Comme d'habitude avec un aller-retour en avion autour de 170€ et la location d'une voiture pour 332€ me voilà parti pour deux semaines au pays des leprechauns et autres lutins. Pour mes nuits, je choisis les traditionels bed & breakfast avec des prix entre 35 et jusqu'à 60€ la nuit. La croissance carbure en Irlande et les prix ne cessent de grimper.

31/05 : oh la boulette !

Relax

Après un vol retardé de 30 minutes, je touche enfin le sol irlandais en fin de journée. Je récupère ma voiture et j'arrive à mon B&B où je dépose mes bagages. Puis je pars manger un morceau au pub de Portmarnock. Là, je constate que j'ai oublié d'emporter mes cartes de randonnée et ma carte routière. Puis je reçois un email : je me suis trompé de B&B !

01/06 : Letterkenny

De Dublin à Letterkenny la route ne prend que 3 heures à une allure tranquille. En raison d'un bank holiday, je choisis de rester 3 nuits dans le même B&B, pas cher mais pas très reluisant non plus. Je fais la connaissance du propriétaire qui est un afrikaner. Il me parle de son pays et de l'apartheid tel qu'il l'a vécu en ponctuant chacune de ses phrases d'un "you know what I mean". J'ai très bien vu, hélas, ce qu'il voulait dire...

02/06 : mont Errigal (752 m)

Errigal

C'est parti pour la première randonnée du séjour. Dans mon enthousiasme de retrouver ce sommet facile, je manque de perdre une chaussure dès les premiers 100 mètres. Ce signe d'humidité s'accompagne d'un vent bien établi qui amène son lot de nuages bas dans mon dos. Rapidement, je me retrouve sous une averse de pluie, mouillé jusqu'au slip bien avant le sommet que j'atteins dans le brouillard. Le vent redoublant de force, je ne m'attarde pas. Sur le retour le soleil fait son apparition et me pousse à visiter le sommet d'à côté : Mackoght (555 m) avec une vue dégagée sur le mont Errigal.

03/06 : Wild Atlantic Way (north)

WAW

La météo du jour est maussade, alors c'est l'occasion de faire un bout de la route de l'ouest. Mais néanmoins, je pars constater à Ballagheeba Gap le temps qu'il fait et ce n'est pas super engageant. Des averses s'abattent à tout instant et le vent souffle fort. le soleil pointe son nez l'après-midi mais c'est sous un ciel gris et chargé que je rejoins Letterkenny.

04/06 : temps maussade

Rainy day

Les jours s'enchaînent et ma motivation se dissout avec les averses incessantes. Je prends la route pour Killybegs, port de pêche des plus importants d'Irlande qui a rendu millionnaires quelques capitaines. Las d'un temps pas folichon, je pars faire un tour à Maghera Beach pour y découvrir des grottes dans la falaise. Mais la marée montante m'invite à ne pas trop traîner. Sur la route, je découvre l'Assaranca Waterfall. Le chemin du retour est très joli : je redécouvre Glengesh Pass.

05/06 : 100% pluie

Assaranca Waterfall

Encore une journée de randonnée gâchée par une pluie établie jusqu'en soirée. Mon défi de faire un dénivelé cumulé équivalent à l'altitude de l'Everest tombe à l'eau. Je repasse par Assaranca Waterfall déchaînée par 24h de pluie.

06/06 : enfin...

Irish bathroom

La pluie a cessé avec l'ultime averse de 06:00. Je ne perds pas de temps et je file après le breakfast faire une boucle sur les falaises de Slieve League. Pas de pluie mais les nuages son accrochés sur la crête et masquent totalement la vue sur les 600 m de vide. Néanmoins la ballade est agréable et facile.

Les B&B dans la région de Sligo sont inexplicablement chers, ce doit être l'effet William Butler Yeats.

07/06 : carton plein

Grottes de Kesh

La journée annoncée sans pluie est bienvenue et j'en profite pour gravir une grosse colline - Knockarea - coiffée d'un tumulus du néolithique et le Benbulben (579 m) : pas trop tôt, il me narguait depuis 1999 ! Pour finir cette journée remarquable, je visite une curiosité naturelle : les grottes de Kesh. Cette succession de cavités dans une falaise calcaire près de Ballymote conclut cette journée qui s'achève ensoleillée !

08/06 : Croagh Patrick (764 m), édition XX

Clew Bay

L'année dernière, j'ai établi un record personnel que je ne suis pas près de battre. Cette année, je fais l'aller-retour en deux heures et trente minutes dont vingt minutes passées à discuter au sommet. A la moitié de l'ascension une lourde et froide averse accompagnée de rafales s'abat sur le sentier. Au sommet, c'est un vent fort et les nuages qui m'accueillent masquant Clew Bay. Heureusement que je connais "un peu" le coin.

09/06 : rencontre au sommet

Mweelrea

Je pars pour une classique du Connemara avec un temps incertain. Lors de l'ascension du Mweelra, je rencontre un chercheur qui travaille sur la maladie d'Alzheimer. J'apprends qu'avoir une activité physique et que la consommation de graisses saturées contribuent à éviter cette maladie et maintiennent la forme. Plus tard, je rattrappe un groupe de cinq irlandais. L'un deux dit me reconnaître. Après quelques échanges, il s'avère que ce monsieur très sympathique, Eamon, faisait parti du groupe avec qui j'ai gravi le Carrauntoohil (1039m) et finit au restaurant du Lake Hotel en 2005. Le monde est petit !

10/06 : Sheeffry Hills

Sheeffry Hills

L'année dernière, ce fut un epic fail. Pour cette troisième édition, le soleil est de la partie. Ces montagnes ne sont quasiment pas fréquentées : pas de trace de pas autres que celles des moutons, pas un papier, juste des clôtures à franchir sur un quart de l'itinéraire. La boucle ne fait que 11 km pour 700 m de dénivelé et de beaux paysages. Elle passe par les sommets plats de Tievnabinnia (742 et 590 m). Revenant sur Tawnyard, je m'arrête pour admirer les béliers "Princesse Leia" vus ici pour la première fois en 1999.

11/06 : en route

Black Stones Bridge

Aujourd'hui, grosse étape de route pour rejoindre le Kerry. Mon rétroviseur rencontre celui de la voiture qui me dépasse en trombe alors que je m'apprêtais à doubler : angle mort ou inattention... A destination, je décide de séjourner à Killorglin. Là, on prend les touristes pour des demeurés qu'il faut tondre comme les moutons dans les prés. Le prix des chambres est exhorbitant. Heureusement, le petit déjeûner est à la hauteur.

12/06 : petite classique

Mangerton Mount

Le Kerry regorge de randonnées et parmi tous les sommets de la région, je pars voir si Gleinbegh va me réussir cette année. Perdu, les nuages accrochés aux sommets et l'incertitude sur l'itinéraire me font renoncer. Je me rabats sur Mangerton (838 m) avalé en trois heures. Au sommet, la nature y est hostile : vent fort, brouillard et froid de canard. De retour à la voiture, je suis un peu frustré, j'aurais dû me lancer dans un Mullaghanattin (773 m) ou un Carrauntoohil :-(

13/05 : Howth

Howth

Si les éléments étaient contre moi en 2018, cette année est l'occasion de visiter la presqu'île. Howth possède plusieurs circuits pédestres qui offrent des paysages variés. Le plus long fait un douzaine de kilomètres et longe la côte avec de petites falaises où nichent des oiseaux marins. Il traverse une zone de lande et s'achève par une petite aire boisée avant de rejoindre le centre ville d'Howth. Je referai cette ballade charmante qui peut s'achever à la terrasse d'un pub ou dans un restaurant, idéal pour achever un séjour ou bien démarrer son voyage !

14/06 : retour en France

Rendre son véhicule de location à l'aéroport de Dublin peut être un peu perturbant car les parkings de retour sont un peu éloignés. Une fois sur place une navette vous amène à votre hall de départ. Sur le banc trône une surprise : un voyageur pressé y a laissé son cône et donc raté son premier décollage !

L'aéroport de Dublin est une vraie ruche qui s'active dès 06h00 avec des boutiques dont le succès m'étonne toujours et qui permettent de passer le temps une fois les formalités d'embarquement effectuées. Deux heure et demie de vol plus tard, me voici de retour en France. La météo me donne une dernière claque, je suis passé de 11 à 29°C.

Et pour la suite ?

J'ai largement manqué mon défi personnel de gravir un Everest avec entre 5 et 6000 m de dénivelé. Ce n'est que partie remise. Sans suspense, je retournerai en Irlande pour fouler ses montagnes et profiter de sommets bien ventés. Nul doute que j'y ferai d'autres rencontres mémorables et que je gravirai de nouveaux monts aux panoramas de verdure si typiques.

Le voyage en une carte

Links
social